CinéChroniK

Toutes les critiques des films et séries Tv
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Cinéma] Silent Hill

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Notation :
Nul !
0%
 0% [ 0 ]
Mauvais
0%
 0% [ 0 ]
Bof !
0%
 0% [ 0 ]
Bien
0%
 0% [ 0 ]
A voir !
100%
 100% [ 6 ]
Culte !!!
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 6
 

AuteurMessage
Newdraft
Machiniste
Machiniste
avatar

Nombre de messages : 97
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: [Cinéma] Silent Hill   Jeu 27 Avr à 0:56



Ce film, c’est l’histoire de Rose qui s’en va chercher Sharon - sa fille, pas l’homme politique israélien – dans la ville abandonné de Silent Hill, bien connue des amateurs de jeux vidéo par l’intermédiaire de ses opus successifs.

Faute avouée étant à demi pardonnée, je dois reconnaître que ces jeux me sont totalement inconnus. Si j’ai bien une longue expérience du monde merveilleux des consoles et ordinateurs, c’est celle de la vielle école, celle dont l’obédience se compose du CPC 464 ou de la Super Nintendo, celle qui chante les louanges de Saboteur 2 et PacMan. Je serais plus loquace le jour où l’on adaptera ces titres.

C’est donc avec l’oeil candide et innocent du novice que j’ai abordé la séance.
Ceci étant dit, passons à table. Le menu va être copieux


Acte 1 – Home, sweet home.

Dans la famille Da Silva, on est trois : le père, Christopher (Sean Bean), la mère, Rose (Radha Mitchell) et la fille adoptive, Sharon (Jodelle Ferland).

Un seul enfant, c’est très peu pour le renouvellement des générations ; mais, quand on voit la gamine, on comprend que les parents aient abandonné toute idée de renouveler l'opération.

Il faut imaginer que la Sharon est du genre à faire la somnambule chaque nuit. Pas moyen de l’arrêter, rien n’y fait. Le soleil à peine couché, déjà, elle se lève et met les voiles, cap sur Silent Hill ou sur Bercy pour aller au concert de Lorie.

Il faut dire que l’attitude de Rose n’arrange rien. Pour calmer la gosse, elle est contre la tradition (la bonne vieille paire de gifles d’autrefois) et la modernité (la camisole chimique, offerte par une boîte complète de Ritaline à déguster directement en intraveineuse).

Elle veut être une bonne mère et alors, elle veut faire plaisir à sa fille
Heureusement, comme il lui reste encore un fond de raison à l’esprit, elle oppose son veto au concert de Lorie. Ce sera donc la ballade à Silent Hill.
Merci maman !


Acte 2 - Houston, we have a problem.

Silent Hill, les deux premières minutes, ça paraît plutôt calme. On s’imagine arpentant et déambulant les rues d’un petit village au plus profond du terroir, un lieu où jamais rien ne se passe.

Sitôt dit, sitôt fait. Sharon disparaît.
Les autochtones débarquent. Le temps vire à l’orage.

A ma gauche, Charybde : les villageois illuminés comme un sapin de noël.
Les ethnologues concluront probablement à une dégénération de l’espèce, fruit d’une lignée de croisements consanguins entre Raëliens et Scientologues.

A ma droite, Scylla : les créatures difformes et dégouttantes à souhaits.
Là, il n’y a qu’une exposition prolongée à un rayonnement hautement radioactif qui pourrait fournir un début d’explication. Peut-être un scénario à la Tchernobyl.
Au fait, on est le 26 avril. Bon anniversaire. Ce n’est pas tous les jours qu’on a la chance d’avoir 20 ans.


Acte 3 – Il court, il court le furet.

Rose ne sait plus où donner de la tête, en vrac :
Retrouver Sharon, qui a de drôles de sosies.
Comprendre les énigmes qui jalonnent cette ville de fous, où la dernière personne qui a passé le balai Swiffer était l’Homme de Tautavel.
Echapper aux monstres, qui suintent des murs, et aux humains, quasiment aussi belliqueux.

Le challenge, c’est qu’elle doit faire tout ça avec une lampe de poche alors que vu le bestiaire, une mitrailleuse M249 Saw, calibre 5,56 et chargeur 200 coups, aurait constitué un minimum.

A sa décharge, une fliquette vient la soutenir pendant un trop court moment. Dehors, elle avait froid, elle finira bien au chaud dans l’église, sur le bûcher. Dommage, toute de cuir vêtue, il ne lui manquait que la cravache (peut-être oubliée sur sa moto).


Acte 4 - Un verre, ça va. Trois verres, ça va mieux !

Après une bonne heure de diverses péripéties, distillées par un Christophe Gans, toujours aussi adroit à la caméra, Rose commence vraiment à être très très énervée.

Pour en finir une bonne fois pour toute et avec l’aide des forces obscures récemment rencontrées, Rose se rend à l’église, où elle découvre les habitants s’apprêtant à cuisiner Sharon, avec assaisonnement sauce barbecue.

Amis de la grande gastronomie, réjouissez-vous !
C’est la fête du barbelé. En veux-tu ? En voilà !

Sharon est libérée et ce sont tous les zélotes de Silent Hill qui se font cuisiner en deux tours de poêle. Diverses recettes nous sont proposées : on mijote, on découpe, on écartèle et on jette fort loin ce qui n’est point comestible pour un aller simple en orbite géostationnaire (mot fétiche, c’est gagné !).

Ca fait venir l’eau à la bouche. On se prend à rêver d’une bonne plâtrée de choucroute, le tout copieusement arrosé de la bouteille, qui nous attend bien sagement, à température, appuyée tout contre la porte du réfrigérateur.

Arrivé au dessert, il ne reste plus que Rose, Sharon et Mamie, rencontrée dans l’aventure.
Maintenant, il faut plier bagage. Rose et Sharon quittent Silent hill. Mamie reste sur place : on l’invitera à déjeuner en famille une autre fois (cette Rose, elle est pingre !).

C’est pour nous le moment de se quitter sur une bien belle image : deux femmes, heureuses d’aller rejoindre leur tendre foyer pour un repos mérité…
Enfin, c’est ce qu’elles croient !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wotan
Ingénieur son
Ingénieur son


Nombre de messages : 297
Date d'inscription : 10/04/2006

MessageSujet: Re: [Cinéma] Silent Hill   Jeu 27 Avr à 9:21

Un regret peut être si l'on en croit certaines critiques :

"Casque pyramidal en fonte, torse lardé, couteau lourd comme une hache, c’est Pyramide Rouge, LA créature claudicante de "Silent Hill". Un bourreau indus, mixte de monstre à la Bosch et de machine primitive à la Matthew Barney. Pourquoi le voit-on si peu ? Davantage exploité, il aurait décapité fissa le côté néo-pompier du film."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Wraith
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 576
Date d'inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: [Cinéma] Silent Hill   Jeu 27 Avr à 10:42

UN CHEF D'OEUVRE d'adaptation à la fidélité irréprochable !!!

Si "V pour Vendetta" avait bénéficié d'une aussi parfaite adaptation, nul doute qu'il serait devenu culte, au même titre que la BD !

Christophe Gans démontre avec ce film qu'il possède un véritble talent de cinéaste, un culot phénoménal d'oser l'adaptation d'un tel jeu vidéo quand on voit le nombre incalculable de bouses absolues qu'a déjà engendré ce genre d'initiative et prouve enfin, après un excellent "Crying Freeman" et un nauséabond "Pacte des Loups", qu'il n'est pas l'homme d'un seul succès chanceux.

Bien sûr, un avertissement préalable est nécessaire pour apprécier pleinement ce qui suit :
VOUS DEVEZ AVOIR JOUE A "SILENT HILL" !
Sinon, bien que le film soit excellent, les multiples clins d'oeil et atroces souvenirs de nuits blanches passées à frissonner aux moindres grésillement de votre poste de radio, vous passeront largement au-dessus de la tête !

Ceci expliquant cela, oubliez toutes les critiques que vous pourrez lire dans la presse écrite où a été parquée toute une bande d'abrutis vieillissant incapable d'apprécier objectivement le moindre film depuis qu'ils se sont pissés d'extase devant un Godard de la nouvelle vague et surtout d'une inculture crasseuse...
Ceux-là, qui ont encensé 'V pour Vendetta" sans jamais avoir compris le BD, démolissent aujourd'hui l'adaptation d'un jeu vidéo auxquels ils n'ont jamais joué...
Un vrai travail de journaliste !!!

Bref, passons...
Dès les premières minutes, on est, à nouveau (pour les joueurs) totalement plongé dans l'univers bizarre, inquiétant et oppressant de Silent Hill. Au fur et à mesure du temps, on voit s'égréner chronoligiquement devant nos yeux ébaubis les principales scénes des différents opus du jeu : on erre sans reprère dans la ville, on finit par trouver des plans de la ville aux arrêts de bus, on se retrouve incapable de quitter la ville en raison d'éboulements aussi vertigineux que suspects, et on court de rues en allées à la recherche d'indices sur la prochaine destination à atteindre tout en évitant soigneusement les monstres disséminés dans les recoins les plus sombers de la ville...

Bien sûr, n'oublions ces fantastiques moments où l'on quitte une ville fantôme pour plonger dans un univers paralèlle cauchemardesque, sorte d'antichambre de l'enfer où tout n'est que corps mutilés, cadavres torturés et murs suintants et sanguinolents...

Tout est parfait et merveuillement rendu tant au niveau de l'atmosphère que de l'esthétisme...

Certes, on aurait aimé voir le FAMEUX monstre emblématique dont parle Wotan un peu plus longtemps, on aurait également apprécié de ne point être stoppé dans son angoisse par un rappel à la réalité, lorsque l'on suit l'enquête mené par le père Da Silva et un flic de la région...
Mais, en l'occurence, je comprends et j'accepte ce dérivatif n'ayant pour seul but d'éviter à la censure internationale de sanctionner ce film en l'interdisant au moisn de 16 ans...

Pour autant, le stress et l'horreur font bien partie du voyage au coeur de SIlent Hill : des corps atrocement mutilés se mettent à pourchasser nos 2 héroïnes, dépecage, écartellement, démembrements et décaptiation sont au menu...
Néammoins, Christophe gans pousse si loin la recherche d'esthétisme, qu'à l'instar de Sin City, on est plus impressionné, voir opressé que réellement écoeuré face à ce flot d'hémoglobine...

Pour ma part, j'ai bien passé les 3/4 du film la bouche ouverte, tantôt stupéfait par la fiédlité de l'adaptation et les prouesses echnique, tantôt par la tension et le rythme de l'intrigue...

En conclusion, il s'agit, sans conteste, de la meilleure adaptation cinématographique d'un jeu vidéo qui ait été faite !!!
Au-delà de ça, c'est un excellent film, à l'esthétique particulièrement soigné et au scénario classique mais efficace !!
Bref, A VOIR !!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cinechronik.cultureforum.net
Sinister
figurant
figurant
avatar

Nombre de messages : 49
Localisation : Wattrelos (prés de Lille)
Date d'inscription : 28/04/2006

MessageSujet: Silent Hill   Ven 28 Avr à 19:34

Je l'ai trouvé excellent, fort fidèle au jeu, pas trop flippant mais surper bien realisé en même temps c'est Cristophe Gans donc ca ne pouvais qu'être bien fait.

Je le conseil king

[EDIT : The Wraith] Désolé, ce topic existe déjà et a été classé dans "Fantastique"... Selon moi, il ne s'agit justement pas d'un film d'horreur et ce que les critiques lui ont souvent reproché... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shart
Machiniste
Machiniste
avatar

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: [Cinéma] Silent Hill   Mer 3 Mai à 19:05

Alors, c'est beau , c'est très bien fait, ça me semble fidèle au jeu, super ambiance,blah blah blah mais la fin gache un peu tout ça, ils avaient un quota d'hémoglobine et ils l'ont dépensé pendant 5'...mouais c'était pas vraiment utile. Par contre la toute fin est excellente même si elle m' a fait penser à Dark Water.

Et la petite fille ne joue pas super bien, et c'est dommage

et le pyramid Head il est pas mal mais pas assez présent pour vraiment faire peur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Wraith
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 576
Date d'inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: [Cinéma] Silent Hill   Mer 3 Mai à 21:45

shart a écrit:
mais la fin gache un peu tout ça, ils avaient un quota d'hémoglobine et ils l'ont dépensé pendant 5'...mouais c'était pas vraiment utile.

Décidemment, nous avons souvent le même avis sur les films... Shocked
C'est vrai que le tas d'hémoglobine ne gicle qu'à la fin...

Mais toutes les bonnes choses savent se faire attendre ! Razz

Par contre, je serais plus mesuré sur l' "utilité" d'une fin sanguinolente...
Déjà que les critiques ont écharpé le film parce qu'il ne correspondait pas aux poncifs du genre et qu'il ne faisait pas peur, si en plus, on avait totalement perdu de vue le côté morbide et sanglant du jeu vidéo, même les fans auraient été déçu...

Nan, franchement, je n'imagine pas un vrai film d'horreur fantastique, surtout comme "Silent Hill", sans un pur passage de gore ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cinechronik.cultureforum.net
valeithel
figurant
figurant


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 06/05/2006

MessageSujet: Re: [Cinéma] Silent Hill   Dim 7 Mai à 3:46

Voici mon avis, tout frais tout beau sorti du cinéma ^^.

Tout simplement génial Smile

Je n'ai malheureusement jamais joué aux jeux vidéos, mais j'en avait beaucoup entendu parler, et j'espérais en tout cas que l'ambiance serait aussi bien rendu. Je n'ai pas été déçu.

J'ai trouvé la première scène un peu laborieuse, avec Sharon au bord de la cascade, c'était un peu gros a mon gout...
Mais dès le départ, ca prends une autre tournure.
Onadmire déjà le temps qui accueille Rose après son accident, de neige mêlé a la cendre, plante bienle décors d'une ambiance angoissante et stressante.

Puis les sirènes se font entendre... Bienvenue dans le cauchemar.
Je saluerais l'entrée en scène des monstres, qui a eu le mérite de me serrer le coeur sous l'effet du stress (alors que je suis assez insensible sur ce point devant un film en général). Et également la qualité des cris des monstres, qui fait monter d'un cran l'ambiance glauque...

Pendant une bonne partie du film, tout se joue sur une alternance du monde "normal" (qui n'a rien de normal tout de même), et le monde carrément cauchemardesque, ou les monstres se réveillent...
J'ai vraiment adoré les contrastes entre ces deux réalités parallèles, qui n"'ont rien a envier l'une de l'autre. Tout les petits détails sont passés en revue, de la crasse des murs, aux vitres brisées, et tout ces objets pourtant anodins qui font presque monter le ton de façon inconsciente (tables d'écoles, livres ouverts et gné et gné)..

Mention spécial a l'introduction de Pyramide, qui m'a vraiment fait grincer les dents sur mon siège... La scène des toilettes reste d'anthologie.

Entre la fuite des monstres dans les ténèbres, et le jeu de piste glauque dans le jour, il faut bien suivre toute l'histoire pour avoir une petite chance de saisir l'affaire.

Tout ca sous l'oeil attentif d'une demi folle sorcière aux yeux captivants, et à la beauté fanée...

Par contre petit bémol a la scène de fin... La beauté de ce film se fait justement dans un silence religieux, dans le simple bruitage de l'eau qui dégouline des murs (a jurer que ce soit de l'eau evidement), et le bruit des pas.
Et d'un seul coup, ca parle beaucoup, et a une heure et demi de solitude, on croise pleins de gens.. Ca fait un peu tache j'ai trouvé ^^.

Et en effet, je trouve aussi que tout ce sang a la fin, ca faisait justement un peu tache (si je puis dire Razz)... Ca gicle, ca court, ca vit...
Mais j'admet que c'est primordial pour le scenarios ( et au passage on a envie de lapider tout ces fanatiques ! :mrgreen:)

Et pour la fin... On reste un peu incrédule tellement on aurait cru penser qu'une fois sorti, elles en auraient fini les 2 damoiselles fighteuse (voui la petiote aussi quoi, elle a pas glandé la charmante enfant :mrgreen:)

A noter tout de même que je trouve les doublages francais des voix d'enfants tout a fait merdique, et que ca gache bien :/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gladiator
Machiniste
Machiniste
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 44
Localisation : Vincennes
Date d'inscription : 18/04/2006

MessageSujet: Re: [Cinéma] Silent Hill   Mer 17 Mai à 1:51

C'est grâce à l'enthousiasme de The Wraith que je me décide à aller voir ce film mystérieux et inquiétant à la fois, surtout pour quelqu'un connaissant peu le jeu vidéo. Et je dois avouer que malgré quelques scènes un peu grossières pour être crédibles (notamment les scènes de recherche de la fillette), je n'ai pas été déçu du voyage. La réalisation est vraiment nickel et l'esthétisme qui se dégage de ce film le place tout de suite en tant que référence du genre fantastico-mystico-épouvante. En effet, chaque détail est minutieusement respecté et les monstres sont vraiment écoeurants sauf les infirmières que j'ai trouvé sexy et le bourreau claudiquant Red Pyramid traînant son lourd glaive que j'ai trouvé sympathique et que j'aurais aimé voir plus souvent. Twisted Evil

Ce fil est d'autant plus réussi que le scénario classique reste cohérent car toutes les pièces du puzzle se mettent en place au moment de l'explication de la génèse de Silent Hill, initiée par la souffrance incommensurable d'une gamine carbonisée par la l'hystérie collective d'un groupe de notables religieux. Rolling Eyes

Donc malgré un fil conducteur simpliste (l'héroïne court après sa fille pendant les 3/4 du film) mais une ambiance fidèle au jeu, j'ai apprécié les univers tantôt gores ou simplement malsains émanant de ce film avec une mention pour la scène finale et la débauche d'effets spéciaux et d'hémoglobine. A voir sans plus attendre ! bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Cinéma] Silent Hill   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Cinéma] Silent Hill
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Silent Hill 5
» [PSP/WII/PS2] Silent Hill; Shattered Memoris.
» Silent hill
» Silent Hill
» [Jodelle Ferland] Silent Hill

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CinéChroniK :: CinéChroniK :: Fantastique - SF - Fantasy-
Sauter vers: