CinéChroniK

Toutes les critiques des films et séries Tv
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [DvD] Delta Force 3, l'Enjeu Mortel (The Killing Game)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Notation:
Nul!
100%
 100% [ 1 ]
Mauvais
0%
 0% [ 0 ]
Bof
0%
 0% [ 0 ]
Bien!
0%
 0% [ 0 ]
A voir!
0%
 0% [ 0 ]
Culte!!
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 1
 

AuteurMessage
Constantine
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 08/04/2006

MessageSujet: [DvD] Delta Force 3, l'Enjeu Mortel (The Killing Game)   Mar 23 Mai à 3:23



Un terroriste installe une bombe atomique dans une ville américaine, et c'est tout le pays qui se retrouve pris en otage. Le Président n'a qu'un seul recours : faire appel à la Delta-Force, une unité d'élite supérieure entraînée. Leur mission : localiser la bombe et neutraliser le terroriste avant qu'il ne soit trop tard.

Réalisateur: Sam Firstenberg
Avec: Nick Cassavetes, Eric Douglas, Mike Norris, Matthew Penn, John Ryan, Hana Azulay-Hasfari

Ce troisième volet de la saga de le Delta Force, ne compte plus parmis ces membres l'inégalable Chuck Norris, et la réalisation a été transmise à un habitué du genre (American Warrior, et sa suite le Ninja Blanc)...
Enième production nanardienne où les musulmans sont les fanatiques extrémistes qui menacent de faire sauter la Terre entière, ce film est d'une consternante nullité...

Pour la petite histoire, la bande annonce m'avait frappé par son aspect zéro budget, zéro qualité, car figurant dans le lot d'extraits contenus sur la vhs de...Force de Frappe (avec aussi Envoyé Spécial, déjà chroniqué...et oui, comme on se retrouve).

Attardons nous un peu sur ce casting de premier choix, ces noms vous sont familiers et pour cause: Nick Cassavetes est le fils de John (réalisateur de renom), Eric Douglas est le demi-frère de Michael et le fils de Kirk, Matthew Penn est le frère du regretté Chris et de Seann et Mike Norris est le fils de Chuck (la famille je vous jure)...Des noms, mais pas des prénoms...
Et si John a l'air de sacrément s'ennuyer dans ce film, tant il est molasson (il mettra sa carrière d'acteur entre parenthèse pour se tourner vers la réalisation), le fils Norris, lui s'en donne à coeur joie, mitraillant à tout va...

La séquence d'ouverture nous amène à Moscou, où en montage alterné, nous observons (attentifs) une kamikaze dans ses préparatifs (et une fixation du réalisateur sur la poitrine de la donzelle), et une conférence pour la paix au Proche Orient où une Commission spéciale remet le "Prix de la Paix" (youhouhou) à un dirigeant musulman. Mais malheureusement pour lui, il n'est pas acquis à la cause fondamentaliste et est en fait la cible de l'attentat (la kamikaze le serrant très fort dans ses bras avant de se faire exploser de façon...kitch et plutôt minable).

Le grand méchant de l'histoire envoie alors une cassette vidéo, où il réclame au Président des USA de négocier le repli militaire total de ses troupes du monde arabe, sous menace de rayer New York de la carte, à l'aide d'une bombre atomique. Quel programme me direz vous...
Notons que le Fanatique rappelerait un certain B.L, s'il n'était pas imberbe et joué par un acteur américain...

Au lieu de régler le problème à coups de F16 (notons la ressemblance avec Force de Frappe et ses B2), le Gouvernement envoie une équipe de la Delta Force au Soudan, afin de capture le Fanatique, qui par la suite est censé raisonner "son" kamikaze (mais si, mais si...).

Pour cela, nos militaires s'entraînent à prendre d'assault la forteresse imprenable, cachée au milieu de nul part, mais dont tout le monde connaît la position exacte. Mais faute de moyen (car l'armée US n'a plus de crédit), la répétition de l'assault se fait à l'aide de paint-ball chargé de billes de peinture. Le ridicule ne tue pas, il tâche...
Ils feront ainsi la connaissance de l'équipe russe, en se tapant sur la gueule, l'entraînnement évoluant en baston générale. Il faut dire que "c'est la meilleure façon de se rencontrer pour des hommes de combats".

Les deux experts en démolition font ainsi connaissance, et deviennent amis en comparant leurs méthodes artisanales, dont la "bombe psychologiqe" du russe (qui fait du bruit, mais pas grand chose d'autre), qui donnera lieu à une scène très "comique" (enfin, elle est censée l'être), car lancée près des WC au un soldat russe faisait ses besoins. Muahahahaha, tout le monde rigole... -__-

Une fois n'est pas coutume, l'expert en renseignement russe est une femme, et dixit la demoiselle "je suis comment dites vous? l'indicateur rêvé?"...Youpi...

Ils partent ensuite en mission, où Cassavettes leur assène le fameux speech "Avant de quitter la maison, j'ai promis à mon fils de revenir à temps pour son anniversaire" (et de balancer des sandwichs dans la gueule des terroristes...).
Ils débarquent sur la plage, mais malheur ô grand malheur, des mines ont été implantées. Séquences émotions/tension, car un militaire est grièvement blessé (un russe bien évidemment), et s'ensuit l'inévitable (et inutile) guerre des chefs (capitaine russe contre commandant américain), afin de décider du futur du gugusse mal en point (le soigner ou l'achever). Mouarf, on s'en fout, de toute manière il va rendre l'âme peut après...

Les troupes d'élite se déplaçant toujours groupées, nos valeureux soldats reprennent leur chemin, se déplaçant au milieu de falaises, avant de finalement tomber dans une embuscade. Heureusement pour eux, leurs assaillants ne sont pas dégourdis et font preuves d'une incompétence rare: les autres sont en contre bas, à découvert et groupés, malgré cela ils les ratent, en profitant pour tous se faire dessouder...(réalisme, quand tu nous tiens)

La ruse étant finaude, le capitaine russe soumet l'idée d'échanger leurs vêtements (faut dire que le camouflage désertique n'est pas des plus discret), avec ceux de feu les assaillants. Notons encore une fois, que malgré le mitraillage dans tous les sens (mais touchant toujours au but), leurs habits sont intacts (et propres)...Fortiche...

Nos héros repartent donc de plus belle, parcourant le reste du chemin dans une camionnette (trouvée on ne sait pas où), mais, séquence "tension", ils manquent de faucher un gamin traversant la route, et de plus, ils calent (et n'arrivent pas à repartir). Notre "indicateur de charme", distrait donc l'attention d'un garde, et les voilà sortis d'une situation épineuse.

Puis, vint le moment tant attendu, celui de l'attaque au paint-ball...euh non, la véritable attaque, afin de capture Mr Fanatique. Pénétrant sans mal au sein de la base, ils capturent avec une facilité déconcertante le Chef, aidés qu'ils sont par l'inaptitude des gardes. Et oui, dans ce fracas d'explosion et de fuillades, les hommes de mains ont la facheuses habitude de sortir de leur cachette, de courir en direction des "héros", AK-47 à la main. Mais jamais ils ne tirent (vous allez me dire, c'est leur choix), laissant ainsi le temps aux membres de l'escouade de détacher leur regard du plafond (des araignées, très certainement), et de les descendre.

Ils s'enfuient, la première partie de leur mission étant accomplie de manière brillante, mais se retrouvent poursuivis par les troupes soudanaises (toujours les mêmes gugusses qui ne savent pas tirer). Séquence action/émotion à suivre, au cours de la laquelle les gentils dézinguent à tout va, les boots...euh les troupes soudanaises périssent par dizaines (avec les explosions foireuses et tout et tout), et certaines russent décèdent héroïquement (dont l'expert en explosif russe, sniff). Heureusement, l'hélicoptère arrive à temps, ils sont saufs (et le Fanatique aussi).

Mais problème, en montage alterné nous suivions les aventures du futur kamikaze, mais où se cache t'il? Ils doivent pour cela faire parler le Chef, et comme se dernier refuse de coopérer, ils proposent de l'interroger à l'aide d'un oscillogramme: si ce dernier s'active alors que le Fanatique regarde une des photos, ça voudra dire q'il s'agit du kamikaze. Brillant procédé!
Mais le temps presse, car le terroriste a déjà le pied sur la pédale de la bombe atomique et menace de tout faire exploser, si le Président des Etats Unis ne l'appelle pas dans les 3 minutes.
C'était sans compter sur le timing parfait de la Delta Force, débarquant le Chef sous la main, juste avant le "zéro" (les meilleurs, je vous dis). Fanatique n'arrivera pas à raisonner son serviteur (en gros, ils ont accompli toute leur mission pour des noises, étant donné que d'une le kamikaze a fait savoir où il était en s'adressant à la télévision, et que de deux, il ne veut pas écouter la voix de la raison proférée par son chef...), mais pour le salut de New York, pendant que le Capitaine russe flinguera le kamikaze, le Commandant ricain lui plantera un couteau dans le pied, afin que ce dernier ne puisse se décoller de la pédale (réliée à la bombe nucléaire).

Veni, vidi, vici, la Delta Force est composée des meilleurs (des meilleurs, des meilleurs)!

Bref, une sous merde totale, pas crédible pour un sous, ennuyeuse, mal réalisée/montée, fauchée; mais, parfois drôle, par son humour involontaire...

Pour être complet, citation du Commandant Ricain, à la demoiselle russe: "Vous êtes un vrai mec, Capitaine!" (ce film a du inspiré R.Scott pour le célèbre "Suce ma bite!" de "G.I.Jane")

*Encore une victoire de nanar!*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[DvD] Delta Force 3, l'Enjeu Mortel (The Killing Game)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CinéChroniK :: CinéChroniK :: Nanar Zone-
Sauter vers: