CinéChroniK

Toutes les critiques des films et séries Tv
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [DvD] Macadam Cowboy (Midnight Cowboy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Notation:
Nul!
0%
 0% [ 0 ]
Mauvais
0%
 0% [ 0 ]
Bof
0%
 0% [ 0 ]
Bien!
0%
 0% [ 0 ]
A Voir
50%
 50% [ 1 ]
Culte!!
50%
 50% [ 1 ]
Total des votes : 2
 

AuteurMessage
Constantine
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 08/04/2006

MessageSujet: [DvD] Macadam Cowboy (Midnight Cowboy)   Mar 11 Juil à 1:20



Joe Buck, le «Midnight cow-boy», un jeune et beau garçon du Texas, est persuadé qu'il est l'homme idéal pour un grand nombre de jolies New-Yorkaises en mal d'amour. Il abandonne son activité de plongeur dans un bistrot, prend la tenue du parfait cow-boy et part pour l'Est, certain que son physique va lui apporter la gloire et la fortune. A New-York, seul et sans un sou, il rencontre Ratso, un pauvre type du Bronx qui, après l'avoir escroqué, fait équipe avec lui. Aussi cynique et averti que Joe est optimiste et naïf, Ratso, pourtant, a un rêve. Conscient de sa déchéance et du sombre avenir qui lui est réservé, il espère échapper à cette fatalité et commencer une nouvelle vie en Floride, sous les cocotiers au soleil...

Réalisé par John Schlesinger
Avec Dustin Hoffman, Jon Voight

"Macadam cowboy" cette association de mots me trottait dans la tête depuis quelques temps déjà (des mois en fait...), et ce pour une raison encore inexpliquée. C'est alors que dernièrement, j'ai chercher à savoir, si ça ne correspondait pas à un titre de film, qui me serait inconnu (au passage, c'est bien évidemment, loin d'être le seul ^_^), et quelle ne fut pas ma stupéfaction, lorsque j'appris que c'était le titre (la traduction française tout du moins) d'un film sorti en 1969...

Poursuivant mon investigation, je m'aperçus que ledit long métrage, avait été un gros succès lors de sa sortie dans les salles obscures (environ 45 millions USD au box office, un score rondelet pour l'époque), et que, de plus, il avait été récompensé par 3 Oscars d'importance majeure (Meilleur Réalisateur, Meilleur Film, Meilleur Scénario adapté). Il fut même le premier film interdit aux moins de 18 ans (classé X) à recevoir l'Oscar du Meilleur Film, cependant ne vous attendez pas à avoir amtière à vous rincer l'oeil...

Ni une, ni deux, je me mis alors en quête de dénicher cette oeuvre injustement tombée dans l'oubli, afin de me forger ma propre opinion. Inutile de vous dire que le résultat dépasse amplement mes espérances...

Comme vous aurez pu le remarquer à travers le synopsis, le film nous propose de partager la rencontre de deux losers, deux marginaux mis au banc d'une cité, où les faibles sont rejetés, annihilés. De ces pérégrinations peu communes et désenchantées, se tissera entre nos deux héros une profonde et sincère amitié.



L'un deux, interprété par John Voight (nominé à l'Oscar du Meilleur Acteur), est un Texan naïf, qui aspirant à accomplir son rêve américain, s'est décidé à abandonner sa contrée natale, dans le but de séduire de vieilles femmes aisées et esseulées, en vendant ses charmes. Seulement, malhabile en tant que gigolo, notre cowboy finira entre les mains d'un escroc à la petite semaine (Dustin Hoffman), infirme, et à la santé pour le moins vacillante...

Vous l'aurez compris aisément, malgré son Oscar, le scénario n'a pas bénéficié d'un traitement hors norme (on retrouve le cocktail si propre à ce genre d'oeuvre: amitié, amour, rêves, espoir, désillusion...), mais qu'importe, étant donné qu'il se suffit amplement à lui même, et que le ton de ce long métrage (tous les personnages que cotoient nos deux compères font mine d'un cynisme pour le moins désabusé, et seul ce duo improbables de losers paraît posséder une once d'humanité) est particulièrement adapté à cette dénonciation farouche du rêve américain, par le biais d'une satire sociale pour le moins prégnante (on pensera par exemple, à la scène saisissante de la « soirée » fanstasque où se fréquentent des personnalités d'origine, de conditions diverses, ne se connaissant pas le moins du monde, et ne sachant pas plus que ce qu'elles font là...), et ce permet l'audace d'aborder le thème de la prostitution masculine.

Le film bénéficie en outre de l'interprétation magistrale de ces deux acteurs principaux, en effet, D. Hoffman et J.Voight sont tous deux criants de vérité, d'un naturel surprenant, embellisant (si besoin était) un peu plus encore, ce long métrage réaliste, mais pour le moins mélancolique.
Quant à la réalisation, bien qu'elle ait vieilli (en 40 ans, tout de même...), notamment par le biais de l'utilisation réucurrente de zooms lents, et d'un rythme posé (cela dit, on ne s'ennuie pas une seconde, absorbé que nous sommes par le spectacle se déroulant sous nos yeux), elle déroute encore lors de certains passages, où les plans s'accélèrent, où les couleurs se désaccordent, dans un maëlstrom presque psychédélique...

Mais plus que ça, et somme toute dans la ligne directrice de cette oeuvre dantesque, figure ce final destabilisant, révoltant, singulier et finalement, s'avérant bien éloigné des critères actuels, que l'on nous dessert habituellement (le miracle des Happy End)...

Ainsi s'achève cette chronique, qui je l'espère vous encouragera à visionner ce chef d'oeuvre, ne serait ce que par pure curiosité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
roseluis
Machiniste
Machiniste
avatar

Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 18/04/2006

MessageSujet: Re: [DvD] Macadam Cowboy (Midnight Cowboy)   Lun 17 Juil à 14:35

Macadam Cow-boy. UN film oublié , peut y être pas quand même.
un très bon film que je n'ai pas revu depuis longtemps.

A noter également , l'exellente musique du film qu'on trouve dans toute bonne compil (de musique de films)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[DvD] Macadam Cowboy (Midnight Cowboy)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CinéChroniK :: CinéChroniK :: Les grands classiques-
Sauter vers: