CinéChroniK

Toutes les critiques des films et séries Tv
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Anges exterminateurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wotan
Ingénieur son
Ingénieur son


Nombre de messages : 297
Date d'inscription : 10/04/2006

MessageSujet: Anges exterminateurs   Ven 15 Sep à 10:32

Bienôt sur les écrans si ce n'est déjà fait, le nouveau film de Jean-Claude Brisseau "les anges exterminateurs", joli pied de nez à la justice et aux médias quelques mois à peine après avoir été condamné pour harcèlement sexuel dans le cadre des bouts d'essai pour son précédent film "Choses secrètes".

Synopsis :
François, un metteur en scène, s’apprête à tourner un film policier. Au moment des essais pour une courte scène de nu avec une comédienne, il découvre le plaisir que peuvent éprouver certaines femmes en transgressant de petits interdits érotiques. […] Il décide de tenter le tournage d’un film mi-fiction, mi-réalité, autour de ce qui se révèle de façon inattendue une énigme et un tabou : les petites transgressions qui amènent au plaisir. »

Bref récap de ses ennuis avec la justice :
Le 15 décembre 2005, Jean-Claude Brisseau a été condamné par la 10e chambre du tribunal de grande instance de Paris à un an de prison avec sursis et 30 000 euros de dommages et intérêts pour harcèlement sexuel à l’encontre de deux comédiennes à qui il avait fait faire des essais érotiques entre 1999 et 2001.
Plutôt glauque comme histoire :séances de masturbation dans les restaurants et/ou les chambres d’hôtel où sont servis champagne et petits fours; essais érotiques filmés en vidéo et conservés sur une cinquantaine de cassettes saisies par la gendarmerie...

Conclusions du tribunal :
« Les essais érotiques imposés aux actrices n’avaient pas pour seul effet de rassurer Jean-Claude Brisseau sur leur capacité à tenir de façon satisfaisante le rôle auquel il disait les destiner, mais aussi de satisfaire les pulsions sexuelles du réalisateur. »

Derrière tout ceci se pose éveidemment la difficile question de l'immunité de l'artiste. Le débat est lancé Exclamation A vous dejouer, qu'en pensez-vous Question Le simple fait d'être derrière la caméra légitime-t-il la transgression de tous les interdits ? Comment concilier la démarche artistique et la dignité de la personne humaine ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Wraith
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 576
Date d'inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Anges exterminateurs   Ven 15 Sep à 22:10

MDR !!! Laughing
Je sens que ce topic découle directement d'une de nos nombreuses conversations et notamment sur mon intérêt (malsain ?) pour ce film... Wink

Certes, une fois de plus, l'art sert de dérivatif, voir carrément ici, d'excuses pour "légitimer" la réalisation de ses fantasmes et l'assouvissement de ses pulsions...

Néammoins, c'est beaucoup moins l'histoire du réalisateur que le propos du film qui m'intrigue dans cette oeuvre...
En effet, il s'agit pour le réalisateur de sonder la relation sexuelle au travers de "petits interdits érotiques"...
Etant particulièrement ouvert d'esprit et tolérant en la matière, je suis plus qu'intrigué par la notion "d'interdits" entre 2 adultes consentants... Suspect
Et j'entrevois plutôt un synopsis faussement accrocheur et un thème particulièrement racoleur plutôt qu'une analyse objective des tabous dans la relation sexuelle...

Mais il ne semble que là n'est pas la question...

Sous prétexte de faire de l'art, l'artiste peut-il tout se permettre ?
Et par extension, l'art pour l'art reste-t'il de l'art ?
Si j'ai bien saisi ton propos, Wotan...

Pas facile... Razz

Pour la 1ere question, je répondrai "non"...
L'artiste n'a qu'une limite selon moi : le respect des lois...
Ici, le réalisateur a été condamné par la justice, il a donc franchi la limite...
Néammoins, il faut différencier l'oeuvre de l'artiste et ne pas condamner l'une des fautes de l'autre...

Pour la seconde question, je répondrai "oui"...
Etant un adepte du cynisme et de la provocation, j'aime particulièrement les artistes qui bousculent les règles, les tabous et les postulats dans une société de plus en plus aspetisée et uniformisée...
Maintenant, lorsque le propos d'une oeuvre est de provoquer, peut-on dire alors que l'art n'a d'autre objectif que de faire parler d'art ?
Je ne pense pas...
La provocation est une forme de communication, certes frustre, facile et rapide mais ô combien efficace, pour faire réagir le public, puis de le faire s'interroger sur les véritables intentions de l'oeuvre et de l'artiste... Si c'est objectif est atteint, l'art peut se permettre de transgresser quelques tabous et se justifie par lui-même...

Je ne sais pas si j'ai été clair ou si j'ai répondu à la question... confused
Mais voilà un débat susceptible de relancer la fréquentation du site et de multiplier posts et réflexions Razz

_________________
I am the alpha and the omega
I am the beginning and the end
I am the answer, I am the enigma
I am the flame which never ends.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cinechronik.cultureforum.net
Newdraft
Machiniste
Machiniste


Nombre de messages : 97
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Re: Anges exterminateurs   Sam 16 Sep à 4:12

Mon absence sur ce site commence à dater. Je le sais et d’ordinaire septembre n’est point un moment propice aux sorties d’hibernation. Mais, il demeure que l’exception confirme la règle. Voilà donc mon retour !

A titre liminaire, il me faut noter que l’aspect alléchant d’un débat concernant, entre autre chose, la fonction de l’art a attisé ma curiosité et mon intérêt au plus haut point.

Pour synthétiser l’état de l’art (c’était facile !), je crois que le débat initié par Wotan (WT) et The Wraith (TW) soulève différentes questions :
1 / Le simple fait d'être derrière la caméra légitime-t-il la transgression de tous les interdits ? (WT) Sous prétexte de faire de l'art, l'artiste peut-il tout se permettre ? (TW)
2 / Comment concilier la démarche artistique et la dignité de la personne humaine ? (WT)
3 / Et par extension, l'art pour l'art reste t’il de l'art ? (TW)

Sur le 1er point :
En aucune manière !!!
D’une part, comme le souligne TW, le respect de la loi reste un horizon indépassable pour tout citoyen (or, l’artiste est un citoyen, comme Socrate est un homme).
D’autre part, la question invite à réfléchir sur la fonction de l’art. (Pour simplifier, je présuppose que la « fonction » de l’artiste dans la société est de « faire » de l’art)
En tant que thuriféraire de Maurice G. Dantec (qui a développé le sujet !!!!), au minimum, je vais reformuler à ma propre convenance la proposition initiale.
L’objet de l’art est pour partie de dépasser les principaux lieux communs en vigueur à un moment donné dans une société donnée, mais en aucune manière d’adopter la posture de la transgression en soi et pour soi.

NB sur les propos de TW :
=> Néanmoins, il faut différencier l'oeuvre de l'artiste et ne pas condamner l'une des fautes de l'autre...
Absolument., l’artiste n’est pas l’art.
Je considère que ce qui est important, c’est l’art (soumis également à son horizon indépassable, l’artiste ne reste que de la poussière sur deux pattes).

Sur le 2ème point :
Comment concilier la vie de Babar l’éléphant avec la fabrication des meubles Ikéa ?
Plus sérieusement, je ne comprends vraiment pas la question de WT !
Pour autant, pour fournir un embryon de matière sur un sujet mal défini, je peux dire que la nature humaine a justement pour caractéristique d’intégrer l’art comme concept inhérent, à la différence de celle de la limace ou du dauphin. Ainsi, l’artiste, à travers son œuvre, apparaît comme « Homme véritable », reconnu de lui-même et aspirant à une reconnaissance d’autrui (cf. Hegel).
A l’inverse, j’admets bien que l’œuvre existant de facto pour elle-même peut contrevenir à l’acceptation usuelle (= générale) de la dignité humaine.

Sur le 3ème point :
Au minimum, il s’agit d’un style (= d’un mouvement) !
En cas de personnes intéressées, on peut évidemment démarrer un débat sur les éventuels mérites respectifs des différents styles.


NB final :
Le sujet de ce « topic » est un film que je n’ai pas vu…. ainsi je n’en parlerai pas !
Je me remémore à cette occasion de précédentes discussions sur « Le loup garou de Londres » (évoquer un film qu’on ne connaît pas) et sur « Chromophobia » (utiliser un film comme prétexte à un débat).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wotan
Ingénieur son
Ingénieur son


Nombre de messages : 297
Date d'inscription : 10/04/2006

MessageSujet: Re: Anges exterminateurs   Lun 18 Sep à 13:00

Pour préciser ma question à la demande de ND :

2 / Comment concilier la démarche artistique et la dignité de la personne humaine ?

Mon but ici n'était que de préciser la première question sur la transgression des interdits, na pas porter atteinte à la dignité de la personne humaine par exemple, un de ceux qui aurait été transgressé par M.JC Brisseau.

Pour tout vous dire, je n'ai pas vu le film non plus mais il suscite ma curiosité, sans être aussi avide que notre ami TW.

Sous prétexte de choisir ses actrices, un réalisateur peut-il tout se permettre ? C'est la porte ouverte à des dérives dangereuses, castings de films X inavoués... Le jeune spectateur inexpérimenté est une proie facile.

ND, concernant Dantec, je ne connais pas cet auteur mais ai toujours voulu goûter à quelques unes de ses oeuvres phares. Le journal de Métaphysique polémique m'interpelle beaucoup par son titre. Bref, si tu as des conseils ou quelques livres à me prêter, je suis preneur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anges exterminateurs   Aujourd'hui à 22:18

Revenir en haut Aller en bas
 
Anges exterminateurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Golon, Anne & Serge] Angélique, marquise des anges
» Les anges ne naissent pas au Paradis
» Angélique Marquise des Anges, nouvelle édition
» [Werber, Bernard] Le cycle des anges - Tome 2: L'empire des anges
» Les anges aux étoiles ...Chez Zaza

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CinéChroniK :: CinéChroniK :: NEWS-
Sauter vers: